Peut-on parler encore de victoire ?, par Michel Leis

By electronx

février 9, 2015

Étiquettes : , , , ,

Category: Politique

Leave a Comment »

8 FÉVRIER 2015 par JULIEN ALEXANDRE

La victoire du PS aux législatives du Doubs n’est pas forcément une très bonne nouvelle. Ce qui fut vraiment une élection test va conforter les partis dans une stratégie simpliste pour 2017 : être le candidat qui sera au deuxième tour opposé à Marine Le Pen. Au-delà de quelques considérations spécifiques à cette élection partielle, comme le manque d’implantation locale de la candidate FN, les réticences d’un certain nombre d’électeurs à voter pour le candidat FN au second tour apparaissent comme du pain béni pour les différents partis politiques.

Il est à craindre que les coups volent bas lors de l’élection de 2017, avec pour principale ambition de tacler le candidat PS ou UMP, suivant la rive sur laquelle on se situe (encore que sur le plan des idées, les deux rives sont plutôt celles d’un ruisseau que d’un fleuve ou d’une rivière). Les atermoiements tactiques de l’UMP avant ces élections en disent long sur ce qui se prépare.

En 2017, on peut déjà anticiper qu’il n’y aura donc pas de programme pour les partis de pouvoir, pas de débat d’idée, juste quelques discours attrape-tout et populistes, qui ne risquent pas d’attirer des électeurs largement lassés du TINA (there is no alternative – il n’y a pas d’alternative). Le risque reste grand de voir Marine Le Pen remporter ces élections. Deux ans c’est long, et la capacité de Marine Le Pen à se positionner face aux crises européennes à venir peut lui permettre d’engranger des points.

Au final cette absence prévisible de débats de fond en 2017 me paraît totalement insupportable. Comment faire revenir une confrontation des programmes sur le devant de la scène ?

Publié sur le blog de Paul Jorion